Regards photographiques sur Bordeaux et la Gironde

Accueil | À propos du site | L'auteur | Projets | Liens régionaux   

Bordeaux : le Jardin Public

BORDEAUX photo panoramique du jardin public

10 hectares de verdure en centre ville

Thèmes associés >>>| Le Jardin des Lumières | Le Miroir d'eau | Le Parc des Sports Saint MichelLe jardin public |

Les statues du jardin publicLe jardin de la Mairie |

 

 

 

 

Bordeaux : Bassin fleuri et terrasse du jardin publicLa ville de Bordeaux compte de nombreux espaces verts, le jardin public est certainement le plus connu et le plus représentatif en raison de sa situation au cœur de la ville et d'un riche passé historique.

 

Dix hectares de verdure partant de la place Longchamps accessible au nord par les rues de la Course et la rue d'Aviau, au sud en parallèle à la rue de Fondaudège par la rue Emile Zola et la place Bardineau mais surtout par le Cours de Verdun ou se trouvent désormais les entrées principales.

 

Le jardin public est certes un lieu de promenade, mais il est aussi associé à bon nombre d'activités et notamment pour les enfants. C'est ainsi que l'on peut y trouver un théâtre de Guignol, un manège traditionnel et de nombreux jeux. Depuis 1862 l'ancien Hôtel Lisleferme construit par l'architecte Bonfin accueille le Muséum d’Histoire naturelle (actuellement fermé le temps d'une cure de jouvence et de retrouver une collection restaurée).

Un jardin animé suivant les évolutions de l'époque

 

Fini le temps des pelouses interdites, désormais le jardin public est un lieu vivant. Il est d'ailleurs souvent associé à différentes manifestations culturelles: journées du patrimoine, présentation de sculptures lors de l'exposition de Bernar Venet, expositions de photos sur ses grilles ... 

Redball project de Kürt Perschke - la boule rouge au jardin public

Redball project Kürt Perschke  - la boule Rouge au jardin public de Bordeaux

 

A l'automne 2015 les promeneurs du jardins public ont pu être surpris en découvrant une étrange boule rouge géante coincée dans un endroit inattendu. Il s'agissait en fait de l'œuvre de l'artiste Kürt Perschke intitulée Redball Project. Après s'être installée dans 25 villes différentes : Montréal, Chicago, Lausanne, Paris, Toronto,  Londres ... la "grosse boule rouge" s'est arrêtée quelques jours à Bordeaux à l'occasion du festival culturel Novart.

 

En dehors du jardin public, les bordelais ont pu la découvrir dans 8 autres lieux emblématiques de la ville ou on ne l'attendait pas forcément : au Grand Théâtre, à la flèche Saint Michel, à l'entrée de la gare Saint Jean, au jardin de la mairie, au pont Chaban Delmas, à la porte Cailhau, place des Chartrons et aussi sur les quais. 

 

 

On peut aussi déambuler dans les allées du jardin botanique puis aller prendre un verre confortablement installé sous les parasols d'un salon de thé qui y a élu domicile (l'Orangerie).   

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Riche en diversité : plusieurs cadres et décors pour un même jardin

Ce qui fait aussi le charme de ce jardin public réside dans son étonnante diversité. Dès l'entrée cours de Verdun, l'œil  est attiré par l'alignement des grilles surmontées de dorures ainsi que par la richesse des détails surmontant les portails où l'on peut y découvrir les armoiries de la ville de Bordeaux. A peine le portail franchi, selon la saison on peut apercevoir un massif assez classique en forme de panier fleuri. Quelques pas plus tard on remarque sur la gauche la terrasse toute en profondeur bordée d'un bâtiment (qui abrite maintenant un salon de thé) et son alignement de massifs et de statues, et sur la droite arbres et pelouses entrecoupées par de larges allées.

 

Photo panoramique Jardin Public de BORDEAUX

 

Le jardin public de Bordeaux comporte également un cours d'eau, avec sa population de cygnes, oies et canards, et suffisamment de poissons pour retenir de façon permanente l'attention de hérons cendrés. Dans les curiosités du jardin, on peut trouver l'assez inattendu cromlech (alignement de menhirs en forme de cercle) voulu par Charles Burguet ainsi qu'une palmeraie. Il héberge également le plus ancien jardin botanique de la ville.

Le PACANIER l'arbre le plus haut, un "Arbre Remarquable de France"

L'arbre le plus haut du jardin public mesure 38 mètres de haut et 114 centimètres de diamètre. Il s'agit d'un PACANIER (Carya illinoinensis), arbre originaire de l'Est des Etats Unis et qui selon une plaque informative installée à son pied précise qu'il a été introduit en Europe au XVIIIème siècle.

 

En hiver cet arbre donne de petits fruits bruns appelés pacanes ou plus communément noix de pécan. En 2012 ce Pacanier a obtenu le label "Arbre Remarquable De France". A noter que le Pacanier est également l'arbre qui a été retenu pour remplacer les arbres de la place Pey Berland face à la tour et à la Cathédrale. 

 

 

Enfin, le jardin public de Bordeaux dispose de nombreuses statues qui font l'objet d'une page complémentaire sur ce site. 

 

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le "Petit Mousse" : il faisait aussi partie du décor du jardin public

En 1884 un bateau rappelant le style de la "pinasse" du bassin d'Arcachon fait son apparition sur "la rivière" du jardin public. Le bateau promenade deviendra ensuite le "Petit Mousse" parcourant inlassablement le plan d'eau en embarquant petits et grands pour une somme modique. Au fil des ans l'embarcation subira quelques transformations, la "mini pinasse" se verra dotée d'un arrière de type "gondole" et un siècle après sa mise à l'eau d'une tête d'oiseau à l'avant lui donnant un petit air de "drakkar conquérant". 

 

 

Le "navire" de 50 places, équipé depuis 1941 d'un moteur électrique et d'un toit, semblait insubmersible. Il faisait partie intégrante du paysage du jardin public au même titre que les statues ou les cygnes et les canards. Le héron du jardin l'avait même adopté comme perchoir.

 

Bateau Le petit mousse au jardin public de Bordeaux | 33-bordeaux.comPourtant après plus d'un siècle de navigation, l'hiver 2007 venu il s'est retrouvé en cale sèche sur une pelouse. Le verdict est alors sans appel, en l'état le "Petit Mousse" est devenu dangereux et il ne peux plus naviguer. Quelques mois plus tard il a disparu en direction d'ateliers municipaux sans que l'on sache trop alors si c'était le temps d'une énième restauration ou pour une retraite définitive. Quatre ans plus tard, le petit mousse n'est pas réapparu et la seule trace visible rappelant son existence est l'embarcadère en bordure du cours d'eau.

Adieu petit mousse et espoirs pour un "le petit mousse 2" ?

Des voies se sont bien sur élevées pour tenter de sauver "Le Petit Mousse" considéré comme un élément du patrimoine Bordelais. Hélas, c'est désormais certain, le Petit Mousse original ne pourra plus jamais naviguer. Il devrait cependant bientôt trouver une place de choix au musée. L'association "Va petit mousse" a été créée et elle a pour  objectif de recueillir des fonds pour la construction d'une nouvelle embarcation qui viendrait prendre la relève du petit mousse. En ma qualité d'ancien passager, et donc en souvenir de cette "fabuleuse croisière" je ne peux que m'associer à la démarche. Souhaitons la réussite pour ce projet afin que bientôt à nouveau ... "vogue le Navire" !  

Carte postale : le petit mousse il y a bientôt un siècle

Ancienne carte postale Petit Mousse au Jardin Public de BordeauxCette carte postale a circulé en 1955 mais la photo est manifestement plus ancienne (sans doute fin des années 1910, début 1920). On remarque que, ce jour là, le petit mousse a embarqué de nombreux passagers. Si lors de ses dernières navigations les Bordelais ont connu le Petit Mousse en bleu et jaune, on peut voir sur cette carte postale (certes colorisée) qu'il était encore rouge et jaune.

 

Signe caractéristique d'une époque bien précise, on remarquera que les dames se promènent alors en robe longue et ombrelle tandis que la plupart des hommes portent le costume et le chapeau. Sans doute la tenue du dimanche pour une promenade hebdomadaire.

 

[ Document Carte Postale - collection personnelle ] 

Une histoire tourmentée pour ce jardin public

A l'origine, le lieu ou se trouve aujourd'hui le jardin public était occupé par des vignes et quelques cultures. L'histoire dit que c'est avec l'arrêté du Conseil d'Etat du 23 aout 1746 et sous l'impulsion de l'intendant Tourny que tout a commencé pour ce jardin public alors appelé "Jardin Royal". Les premiers plans du jardin ont été dessinés par Jacques Ange Gabriel dans le style des "jardins à la Française"

 

Si aujourd'hui le jardin public est devenu un lieu de promenade paisible ou un parcours privilégié pour les joggers du dimanche, cela n'a pas toujours été le cas. Entre les années 1780 et 1830 le jardin a connu des évènements bien éloignés de sa vocation. Ainsi, en 1784 pour une histoire d'aérostat qui n'avait pas décollé comme prévu il sera envahi par des badauds désabusés qui saccagent les lieux. Bilan des émeutes, deux morts suivi d'un jugement condamnant 2 des auteurs des troubles à la pendaison. Sous Napoléon 1er, il deviendra même champ de manœuvre et lieu d'exercice pour le tir.

 

 

Ce n'est qu'aux environs de 1830 qu'il retrouvera véritablement sa vocation de jardin. Un peu plus tard, 'il sera profondément remanié par le paysagiste Louis Bernard Fischer et sa disposition ordonnée caractéristique des jardins "à la française" laissera la place à une présentation plus proche du style "à l'Anglaise". Entre 1856 et 1858 d'importants aménagements que l'on peut voir encore aujourd'hui feront leur apparition. Ainsi la terrasse sera refaite par Charles Burguet, des statues installées et un bassin rond sera créé, l'île sera reliée par deux passerelles, et le jardin botanique viendra compléter l'ensemble.   

Sensible aux turbulences météo et aux coups de vent

Le jardin public de Bordeaux est largement boisé et il comporte de nombreuses variétés d'arbres à la stature imposante. Au lendemain de chaque caprice météo ou coup de vent un peu important, comme pour les forêts et autres parcs arborés, il faut compter les arbres couchés ou déracinés. Il est alors fermé quelques jours le temps d'un bon nettoyage et de sa mise en sécurité, puis il s'offre à nouveau aux promeneurs Bordelais

La tempête Klaus du 24 janvier 2009

 

Le 24 janvier 2009, la Gironde a été fortement touchée par la tempête Klaus. Bordeaux n'a pas été épargnée et la ville a payé un lourd tribu avec un nombre important d'arbres couchés. L'un des couloirs importants du passage de la tempête se situait sur l'axe cours Georges Clémenceau et cours de Verdun, c'est dire si le jardin public était concerné. En quelques heures, ce sont ainsi une douzaine d'arbres qui ont disparu du paysage. A la différence de la tempête de 1999, l'alerte météo ayant été donnée plusieurs heures à l'avance, les services municipaux étaient à pied d'œuvre pour tronçonner et dégager les grilles du cours de Verdun alors même que les vents violents n'avaient pas encore cessés. Autre différence notable, si en 1999 les arbres avaient été sectionnés par le vent, en 2009 ils ont plutôt été déracinés en raison de sols détrempés par les pluies des jours précédents. 

La tempête de 1999

 

La tempête du 27 décembre 1999 est restée dans toutes les mémoires en raison de sa violence et du fait qu'elle était arrivée par surprise. Au lendemain du coup de vent violent, c'est un spectacle de désolation qu'offrait le jardin public. Pour l'anecdote, les photos que j'ai prises ce jour là et que je présente ici ont été réalisées avec mon premier appareil photo numérique qui était alors de seulement 1 million de pixels (EPSON PC 700) ... bien moins que la définition d'un téléphone portable d'aujourd'hui ! Je ne pensais en tout cas pas que dix ans plus tard, je serais amené à faire à nouveau à peu près les mêmes photos désolantes au même endroit.  

Carte postale : vision d'hier

Ancienne carte postale Jardin Botanique de Bordeaux

Ancienne carte postale Jardin Public de BordeauxLa carte postale de gauche ayant circulé en 1905 nous montre l'entrée du jardin public coté cours de Verdun. On y voit des promeneurs de tous âges portant chapeau et ombrelle ainsi qu'un marchand de ballons. Le décor n'a lui pas fondamentalement changé, seuls les palmiers ont aujourd'hui disparu de cet endroit.

 

Sur la carte de droite on découvre en 1907 les serres du jardin botanique qui ont disparu depuis. On peut remarquer que les arbres qui existent encore de nos jours étaient alors jeunes et assez clairsemés.

 

[ Document Carte Postale - collection personnelle ] 

 

 

Thèmes associés >>>| Le Jardin des Lumières | Le Miroir d'eau | Le Parc des Sports Saint MichelLe jardin public |

Les statues du jardin publicLe jardin de la Mairie |