Regards photographiques sur Bordeaux et la Gironde

Accueil | À propos du site | L'auteur | Projets | Liens régionaux   

Le tramway de Bordeaux est un CITADIS

Mode de transport incontournable de l'agglomération


 

Thèmes associés  >>>| Transports et déplacements à Bordeaux | Présentation en photos du tramway |
| Plan des lignes du tram : A, B, C et bientôt D | Tesla les automobiles électriques Premium |

 


Un réseau avec plus de 100 stations pour Bordeaux Métropole

Tramway de Bordeaux  Ligne C à destination de BèglesComme pour de nombreuses villes, le tramway avait disparu du paysage bordelais dans les années cinquante. Pour sa version remise au gout du jour, c'est le modèle CITADIS (produit par ALSTOM) qui a été retenu. Les lignes du tramway viennent compléter et se combinent avec les autres modes de transport qui desservent les 28 communes de Bordeaux Métropole. Autobus, vélos, voitures en autopartage et même 2 bateaux.

 

Au moment de son retour à Bordeaux, pour son inauguration par le Président de la République alors en fonction (Jacques Chirac) le tram comptait une seule ligne dont les terminus étaient Cenon la Morlette et le centre commercial Mériadeck. Ensuite sont apparues les lignes B et C et les 3 lignes n'ont depuis pas cessé de s'étendre. Une quatrième ligne D est actuellement en construction. Depuis sa mise en service en décembre 2003, le tramway est devenu l'un des modes de transports essentiel, et incontournable, de Bordeaux et de son agglomération. 

 

 

 

Stations et itinéraires lignes Tram de BordeauxTrois lignes A, B et C, et en construction la ligne D

  • Ligne A : de Floirac à Mérignac
  • Ligne B : de Pessac aux berges de la Garonne
  • Ligne C : de Bègles au Parc des Expositions de Bordeaux (stade)

En construction :

  • Ligne D : des Quinconces à Cantinolle

Je consacre une page spéciale sur ce site aux 3 lignes actuelles du tramway de Bordeaux ainsi qu'aux stations qui sont desservies. Cette page présente également les projets d'extensions ainsi que ce qui devrait être le tracé de la future ligne D.

 

Tramway CITADIS place Pey Berland à  Bordeaux -  photo 33-bordeaux.comSystème APS : l'Alimentation Par le Sol

Première utilisation de cette fonction à Bordeaux 

Si l'on retrouve ce modèle de tramway dans plus d'une quarantaine de villes dans le monde, la capitale Girondine a été la première à tester un système d'alimentation par le sol (APS) qui permet au tram de circuler en évitant les peu esthétiques câbles aériens (caténaires). Toutefois ce système plus onéreux (et à la mise au point délicate) ne concerne qu'une dizaine de kilomètres sur l'ensemble du réseau, essentiellement au centre ville de Bordeaux.

 

 

Un tramway qui redessine la ville et les habitudes de ses habitants

Station première génération du tramway de Bordeaux -  photo 33-bordeaux.comInstaller un tramway dans une ville n'est jamais chose simple. Il faut en définir le tracé des lignes qui inévitablement suscite l'engouement des uns et les réticences des autres selon qu'ils soient usagers ou riverains. Ensuite il faut bien poser les rails, installer les caténaires pour les parties non alimentés par le sol, et mettre en place toute l'infrastructure.

 

C'est la difficile et toujours trop longue période des travaux. Bordeaux n'a pas échappé à cette logique mais a judicieusement mis à profit cette période pour donner un souffle nouveau à la ville. De nombreuses places ont été redessinées, la Victoire, Pey Berland, la Comédie ..., des ilots entiers d'immeubles ont été ravalés, les quais ont été entièrement réaménagés et transformés en lieu de promenade avec l'apparition du miroir d'eau et du jardin des lumières. Ainsi, lorsque les Bordelais ont accueilli leur nouveau tramway, ils ont en même temps retrouvé leur ville plus belle et accueillante. Ce n'est pas sans raison que Bordeaux a été inscrite au patrimoine mondial de l'UNESCO en 2007. 

 

 

 

La centième rame de tramway à Bordeaux -  photo 33-bordeaux.comPlus de 100 rames, et quelques évolutions

A l'été 2014 TBC a mis en service sa centième rame. Si le tram bordelais conserve son design initial, au fil du temps et de la réception des rames venant compléter le réseau, on peut néanmoins remarquer quelques évolutions.

 

Le signe extérieur le plus visible étant l'affichage des destinations. Caractères verts et fixes à l'origine, oranges et défilantes pour les dernières générations avec des panneaux  d'affichages plus grands (et donc plus lisibles) sur les cotés.

 

 

 

Un tramway bordelais géré par l'opérateur Kéolis

Intérieur d'une rame du tram de Bordeaux -  photo 33-bordeaux.comGérer un réseau de transport en commun est une vaste affaire, et les collectivités confient cette mission à des opérateurs privés dont c'est la spécialité. C'est le cas à Bordeaux ou cette gestion a été assurée de l'inauguration en 2003 jusqu'au printemps 2009 par le même opérateur sous les appellations successives de Connex et de Veolia Transports.

 

Un nouvel appel d'offres lancé à l'époque par la Communauté Urbaine de Bordeaux (CUB devenue aujourd'hui Bordeaux Métropole) a alors été remporté par un opérateur différent. Aujourd'hui, c'est Keolis qui assure la gestion des transports à Bordeaux. Cet opérateur a été confirmé dans ses fonctions en 2014.

Rentabilité et sensibilisation des usagers

Point délicat pour les gestionnaires et par voie de conséquence pour le contribuable, la rentabilité qui se traduit plutôt en terme de "réduction des déficits". Un tramway cela coute cher à mettre en place, et il faut ensuite l'entretenir. Malgré un nombre d'utilisateurs en constante progression, le prix du ticket qui se doit d'être abordable, ne peut pas à lui seul couvrir la dépense. La fraude est aussi un point non négligeable dans le déficit. Régulièrement des campagnes de sensibilisation attirent l'attention des usagers sur la nécessité de composter leurs titres de transport en toute circonstance. 

Un tram neutre qui devient communiquant et publicitaire

Tramway décoré pour la création de Bordeaux Métropole -  photo 33-bordeaux.comA la différence du tramway des années 1900 qui affichait systématiquement une réclame pour la parfumerie BIJON, pour AUTOMOBILINE ou toute autre enseigne ou marque, le CITADIS lors de son retour restait sagement neutre et dépourvu de publicité. Puis le temps d'un évènement il a commencé à abandonner de façon exceptionnelle ses couleurs habituelles au profit d'un habillage ciblé.

 

Les bordelais l'ont alors successivement vu avec une grenouille leur demandant d'ouvrir les yeux, en tenue de rugbyman lors de la coupe du monde, avec un Airbus A 380 ou A400M pour la commémoration du Centenaire de l'aviation à Bordeaux , ou encore favorisant les abonnements pour les supporters des Girondins lors de l'inauguration du nouveau stade de Bordeaux.

 

 

 

Aujourd'hui, comme son prédécesseur, le tram de Bordeaux s'affiche très régulièrement aux couleurs d'une institution, d'une banque, d'une marque et peut aussi célébrer un évènement important tel que l'Euro 2016 et sa Fan Zone de la place des Quinconces.

 

 

Le Connectram, une expérience à réalité augmentée 

Ecran intérieur du tram à réalité augmentée  -  photo 33-bordeaux.comA l'automne 2015, alors que Bordeaux accueillait le salon international des véhicules intelligents, un tram repérable à sa livrée "Connectram" a circulé avec à son bord 2 écrans qui remplaçaient 2 des vitres latérales. Au lieu de voir défiler le paysage à travers les vitres, sur la majorité du trajet les passagers le voyaient donc sur écran. Les écrans étant, comme on peut l'imaginer, reliés à des caméras extérieures.

 

Mais l'intérêt principal se situait aux abords de la gare Saint Jean où l'on pouvait découvrir, grâce au principe de la réalité augmentée, le futur quartier Euratlantique. Des bâtiments encore virtuels venant s'incruster dans le monde réel.

 

 

Nouveauté et période de rodage un peu difficile

Les premières années d'exploitation sont toujours un peu délicates car nécessairement un nouveau moyen de transport en commun bouleverse les habitudes alors que dans le même temps il faut l'adapter au mieux pour répondre aux attentes des usagers. La période de rodage du tram a été d'autant plus longue et délicate qu'il s'agissait d'apprendre à maitriser le système alors unique d'alimentation par le sol.

 

 

En plus des soucis techniques liés à la jeunesse d'un système innovant, suite à un déraillement devant la gare Saint Jean il a aussi fallu apprendre à remettre l'ensemble sur les rails. 

Bordeaux et le tramway, une longue histoire d'amour 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Vue du tram de Bordeaux depuis la Garonne -  photo 33-bordeaux.comEntre Bordeaux et le tramway il y a une longue histoire empreinte d'une certaine affection pour ce mode de locomotion. Du début des années 1900, et pendant 58 ans, Bordeaux a été desservie par plusieurs générations de tramways.

 

A la fin des années 50, jugé obsolète il sera remplacé par l'autobus pour le transport en commun et surtout par le développement de la voiture personnelle. C'est alors qu'il disparaitra du paysage. La mémoire était cependant restée vivace et les générations ayant connu sa présence ne manquaient jamais une occasion de rappeler avec une pointe de nostalgie combien ce moyen de transport avait été prisé des Bordelais. Dans ce contexte, lorsque le retour du tramway a été programmé on comprend que le terrain était propice pour qu'il rencontre un accueil favorable.

Cartes postales : vision d'hier

Les trois cartes postales ci dessous du début des années nous montrent que le tramway était déjà fort bien implanté à Bordeaux. Sur la première carte postale on remarque que le tramway passait déjà par le cours de l'Intendance. En revanche il ne tournait pas comme c'est le cas aujourd'hui,  place de la Comédie mais continuait tout droit pour rejoindre les quais via le cours du Chapeau Rouge. 

 

CPA Bordeaux tramway cours du Chapeau Rouge -  photo 33-bordeaux.com
Bordeaux tramway porte de Bourgogne en 1922 -  33-bordeaux.com
CPA Bordeaux tramway allées de Tourny -  photo 33-bordeaux.com

 

La carte du centre postée en 1922 nous montre que si la porte de Bourgogne était déjà une station importante le tramway passait sous la porte pour emprunter le cours Victor Hugo. Le tramway d'alors côtoyait les charrettes tirées par des chevaux et arborait fièrement une réclame pour KUB. Enfin, sur la vue de droite on peut voir que le tramway de l'époque empruntait les allées de Tourny avant de se diriger vers la place des Quinconces.  

 

[ Document Carte Postale - collection personnelle ]

 

 

Retour Haut de page

 

 


 

Regard sur le tram voisin de Toulouse qui est aussi un Citadis

Ayant au cours des dernières années largement partagé mon emploi du temps entre Toulouse et Bordeaux, j'ai pensé qu'il serait intéressant de présenter quelques vues du tramway toulousain qui est également un modèle Citadis d'Alstom.

 

 

 

Tramway Citadis Alstom de Toulouse -  photo 33-bordeaux.comEn dehors du classique autobus, la capitale de Midi Pyrénées avait jusqu'alors prioritairement opté pour le métro. A partir de 2010, sept ans après Bordeaux, elle s'est aussi dotée d'un tramway. Au jeu des comparaisons avec le modèle de Bordeaux, on remarquera la cabine dessinée par AIRBUS (rappelé par la mention "Design by Airbus" sur chaque rame), un intérieur plus coloré et des barres de maintien aux formes moins rectilignes. Le modèle toulousain étant plus récent il disposait dès son arrivée de l'affichage défilant des destinations alors que Bordeaux aura dû attendre la livraison de ses dernières rames. 

Tramway Citadis Alstom de Toulouse -  photo 33-bordeaux.comModèle plus récent avec de grandes similitudes

Ayant vécu l'arrivée du tram dans les 2 capitales régionales, concernent Toulouse j'ai été surpris que le choix initial se soit exclusivement cantonné à des stations courtes. Si le tram rencontre le succès, ce qui est a priori le but recherché, le CITADIS étant modulable il n'y a aucune difficulté à passer à des rames longues. Sauf que dans ce cas il faudra rallonger les stations avec les coûts supplémentaires que cela engendre. Pour le reste, il s'agit bien du même tramway et les sensations sont identiques pour les passagers.

 

C'est le 11 décembre 2010 que le tram toulousain a transporté ses premiers passagers. La première ligne baptisée T1 avait alors pour terminus les Arènes coté Toulouse et Aéroconstelllation à Blagnac (proche de l'usine d'assemblage de l'Airbus A380). Cette première ligne a ensuite été prolongée jusqu'au Palais de Justice de Toulouse. 

 

 

Retour Haut de page

 

 

 


 

Thèmes associés  >>>| Transports et déplacements à Bordeaux | Présentation en photos du tramway |
| Plan des lignes du tram : A, B, C et bientôt D | Tesla les automobiles électriques Premium |